Page 1

GIRLY DESERT

PARTEZ A L'AVENTURE AVEC NOUS! Neuf années plus tard, Girly Desert est de retour. Notre équipage avait dévalé les dunes de Merzouga lors de l’édition 2009 du 4L Trophy. En 2018, ce sont les plaines de l’Argentine qui nous attendent. Guidées durant 4 000 km par la boussole et le road-book, elles veilleront à bien tenir le cap pour que leur Chevrolet Corsa atteigne les sommets argentins. Notre but : Améliorer le quotidien des écoliers de San Antonio de Los Cobres en acheminant des vêtements, des produits d'hygiène et doudous

classement

EtapeClassement
126
229
321
412
Classement général21

Nos sponsors

Pilote

EMILIE LECAPITAINE

Date de Naissance : 21/12/1988

Ville : BOULOGNE BILLANCOURT

Pays : FRANCE

Profession : Cadre Automobile

Nationalité : Francaise

Sa motivation à toutes épreuves, son grain de folie, mais surtout son grand coeur font d’Emilie une coéquipière hors pair pour se lancer dans l’aventure Argentina Trophy ! Grâce à sa sensibilité de photographe professionnelle, elle saura capturer les plus beaux moments de cette épopée.

Copilote

SABRINA LAZRI

Date de Naissance : 29/04/1988

Ville : CHAVILLE

Pays : FRANCE

Profession : Cadre Automobile

Nationalité : Francaise

Aventurière dans l’âme, Sabrina a sans cesse besoin de relevé des défis et mener à bien des projets. Elle sera sans aucun doute braver les montagnes argentines avec sa bonne humeur légendaire tout en apportant soutien à cette cause humanitaire.

Etape 6 : Remontada et survivors of the mosaïque

Commençons par les choses sérieuses. Le classement ! Nous avons eu des débuts difficiles. Des débuts où nous avons reçu des messages faisant allusions à la composition d’un joli herbier ou de ramassage de fraises sur le bord de la route. Nous avons entendu et nous avons réagi !

Pendant l’étape Marathon, nous avons bravé les éléments, pelleté du sable, distingué la gauche de la droite (!), pelleté encore du sable, trouvé les bons raccourcis, mais d’où sort tout ce sable ?

Nous terminons donc dans le 2e tiers du classement !

Nous avons obtenu ce résultat en mode survivor/koh lanta/malouine. Il suffit de voir nos mines au lendemain du marathon :

Après 1400 km la mosaïque est un peu comme nous : fatiguée, un peu recouverte de sable, pas tout à fait entière (nous avons laissé quelques vertèbres ici et là) mais heureuse ! En tout cas cela nous fait toujours autant plaisir de la voir 🙂

Une nouvelle fois, un grand merci à vous et un grand bravo à ceux dont la photo a tenu jusqu’au bout (il n’y a rien à gagner) !

Etape 5 : Marathon de l’enfer

L’étape d’hier s’est terminée en beauté avec le super accueil que nous a réservé l’internat de San Antonio. Nous étions plus qu’attendues par les enfants qui nous ont préparé une grande fiesta pour l’occasion (visible en vidéo sur notre page Facebook).

Nous leurs avons remis tous les dons que nous avons acheminé depuis la France. Chaque enfant a reçu un grand sac avec vêtements, brosse à dents, savon, dentifrice et un joli doudou ! Grâce à votre générosité, les enfants externes aux aussi ont pu refaire leur garde robe. Encore une fois, un merci tout particulier aux parents d’élèves de l’école Saint Pierre de Pleurtuit (35) qui ont été incroyablement généreux.

Cette année, Noël est tombé le 2 Mai !

Venons en à l’étape n° 5. Aussi appelée étape « Marathon ».

Le concept est simple :

  • Étape sur deux jours.
  • Bivouac en autonomie à près de 4000m d’altitude.

Nous avons démarré très lentement avec seulement 155km en 5h. Nous avons perdu beaucoup de temps à naviguer à la boussole et faire des tentatives de chemins de traverse pour gagner des précieux mètres. Pour rappel, il s’agit d’une course d’orientation, nous sommes classés en fonction de la distance parcourue – l’équipage qui trouve le chemin le plus court gagne.

Malheureusement, malgré nos efforts et notre créativité il n’y a souvent qu’un seul passage pour franchir le relief. Nos tentatives de raccourcis ont donc souvent échouées. Elles nous ont permis par contre de faire du renforcement musculaire en poussant la voiture qui une fois encore adooooore le sable.

Les paysages sont sompteux : salar, cailloux, lagune, cailloux, cactus, cailloux… Et plein d’animaux : ânes, lamas, Sabrina pas contente, vigogne, Emilie en colère, chiens…

La galère est montée d’un cran à la montée de la nuit. L’organisation nous a poussé à repousser notre bivouac est poursuivre la route de nuit (hum…) Cette excellente décision s’est soldée par un ensablement qui a nécessité l’aide de deux autres équipages (7 personnes en tout) pour sortir notre Chevrolet de son piège. Pour rappel, à ce moment il fait nuit et nous sommes à 4000m ce qui rend les efforts physique vraiment difficiles.

Emilie (et sa myopie légendaire) est passée en mode machine pour couvrir 30 km supplémentaire dans l’obscurité – pas toujours sur des pistes. Nous avons même croisé un âne… mort (!)… au beau milieu de la piste (!!!).

C’est à 1h30 du matin que nous avons finalement installé notre bivouac au milieu de nulle part. La corvée de bois pour allumer le feu de camp n’a jamais si bien portée son nom !

Etape 4 : Salta – San Antonio de Los Cobres (226km)

Une longue étape en altitude pour ce 4e jour. 226 km entre 3300 et 3700m d’altitude mais le jeu en vaut la chandelle car ce sont les enfants accompagnés par l’association « Enfants du Désert » qui nous attendent au bivouac.

La grande nouvelle du jour c’est que LA MOSAÏQUE IS BACK. On ne vous l’avait pas dit mais notre première pose de la mosaïque sur le capot de la voiture n’avait pas résisté à 200km sous la pluie lors de la première étape de liaison. Nous l’avions décollé en urgence sans quoi on aurait retrouvé des photos un peu partout dans la campagne entre Buenos Aires et Colonia Dores. La météo plus sèche et notre incroyable vitesse moyenne de 23 km/h (!) nous a permis de coller les photos à nouveau. C’est bon de retrouver vos visages !

Revenons en à l’étape 4. En trois mots : sable, sable, sable. On en a mangé. Notre Chevrolet adore tellement le sable que parfois elle ne veut plus en sortir. Le 4L Trophy a fait de nous des expertes pour désensabler des voitures; facile !

Nous remontons même au classement, à la 21e place. Vous pouvez arrêter vos blagues sur notre activité de cueillette de fraises ou de constitution d’un herbier. Et tout cela, en aidant même des équipage à se désensabler eux-aussi, même s’ils ont avancé de 0 mètres. On a aidé ! C’est ça aussi le raid solidaire.

Etape 3 : Cafayate – Salta (298km)

Hola todos, 

Nous venons de finaliser l’étape 3 qui ralliait Cafayate à Salta. 10 heures de voiture avec pas loin de 285 km dont 3/4 de pistes. 2ème étape à la carte et à la boussole. L’occasion pour nous de s’exercer à la coupe de chemin sur les pistes. 1ère tentative : éboulement sur la piste – nous avons dû faire demi tour. 2ème tentative : enlisement dans le sable. 

Petite perle du jour : Sabrina a laissé sa boussole sur la voiture, lors du premier virage, la boussole s’est gentiment fait la malle. Avec de la chance nous l’avons récupérée !

A demain ! (Si nous ne perdons pas à nouveau notre boussole)

 

 

0 commentaires

Par Girlydesert - 11:13, 03/05/2018

Ça marche pas la boussole de l'iPhone dans l hémisphère sud :-)

Village départ – Buenos Aires’

Apres 11h de vol , nous enchaînons avec 1 longue journée sur le village départ : vérifications administratives , médicales , technique … c’est aussi le moment de la grande rencontre avec notre Chevrolet Corsa qui nous accompagnera durant de longues journées sur les pistes Argentines. Durant la soirée Émilie s’est attaquée au stickage de notre grande mosaïque photo ! 1h30 de travail dans 1 parking souterrain sous 40 degrés …. mais peu importe le résultat est à la hauteur des espérances. Un grand merci à Sylvain pour l impression de ses stickers. Perle du jour : même si un de nos partenaires est 1 pro des batteries nous avons eu quelques soucis au démarrage

Etape 2 : Colonia Dora- Cafayate (518km)

Très belle entrée en matière avec cette deuxième étape de l’Argentina Trophy ! 

De Colonia Dora jusqu’au bivouac de Cafayate, nous avons  pu découvrir diverses facettes de l’Argentine.

518,5 km d’étape au départ de la pampa  puis première ascension à 3 000m dans les nuages . 12 heures d’étape n’auront pas été de trop pour profiter ces paysages somptueux ! 

Etape n°1 : Buenos Aires – Colonia Dora (900km)

  1. N

La première étape de l’argentina trophy , c’est aussi le plus longue. Elle compte pas moins de 900km que nous avons rallier en 12h. C’est étape a été particulièrement éprouvante avec des routes inondées et des pluis diluvienne sur plus de la moitie du parcours . La mosaïque photo en ligne de front à malheureusement beaucoup souffert , mais elle n’a pas dit son dernier mot . Sur la fin du trajet nous avons pu profiter des premiers paysages de la pampa Argentine. Cela a été l’occasion de rencontrer des hérons, oies sauvages et nos premiers flamands roses du périple

 

 

 

Village départ à Buenos Aires

28 Avril, 12h30.

Nous arrivons au village départ, sous la pluie.

C’est l’effervescence ici ! Debriefs des organisateurs, vérification du matériel, vérification des Chevrolet Corsa…

Faire un rallye d’orientation sans boussole c’est comme se déplacer dans le désert en ayant comme seul repère un mirage d’oasis…

Boussole Hémisphère Sud + carte routière de l’Argentine : CHECK ! c’est bon on a l’essentiel

 

 

Il ne reste plus qu’à vérifier le « bolide » que nous avons tiré au sort…

Décollage immédiat !!

Il est 23h30,

Nous sommes dans l’avion, les derniers passagers bouclent leurs ceintures, les hôtesses ferment les portes et commencent à passer dans les allées.

Ca y’est ! L’Argentine n’est plus qu’à quelques heures !

A cet instant nous repensons à tout le chemin que nous avons parcouru, celui qui mène à la ligne du départ…

Nous pensons à vous tous qui nous soutenez depuis le début et c’est aussi grâce à vous que l’Argentina Trophy avec Girly Desert a pu voir le jour !

Nous sommes prêtes, plus que jamais, pour cette Aventure… !

Rien ne sert de courir…

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point »

Notre valise-tortue n’a pas vraiment fait l’unanimité au comptoir d’enregistrement.

Ce n’est pas ça qui nous arrêtera ! Nous avions prévu un plan B !On se tiendra plus chaud avec une tente plus petite…